Poème du mois

          








Les exclus

 

Si près de L’ONU

Dorment les exclus

Si loin de chez eux

Leurs rêves silencieux

Débordent de larmes,

Au fond des âmes

Le désespoir

Pour la plupart.

 

A quoi ça rime

Ces anonymes

Ceux de la maldonne

Qui se cramponnent

Et dérivent

Sans esquive

Sans panache

Un peu lâches.

 

A quoi ça tient

Sans le divin

Dans la précarité

Vite harponnés

Par des addictions,

Ouvrant des prisons

Frappant contre des murs

Revêtus de froidure.

 

Si près de L’ONU

Dorment les exclus

Les invisibles

Aux destins terribles

Ceux qui souffrent

Au fond du gouffre

Près de la délinquance

Si loin de la bienveillance.

 

Sortiront-ils de l’engrenage

D’un infernal rouage,

Reverront-ils leur bled

Tel un doux intermède ?

 

©
Bluette 2012